Découvrez l’itinéraire de production d’un jean

La question de la création / production d’un jean se pose quand on pense que 2.3 milliards de jean sont fabriqués par an dans le monde entier. Nous verrons ensemble que la plupart d’entre eux « voyagent » plusieurs dizaines de MILLIERS de kilomètres avant d’arriver en boutique ! Chez Fuzz, on vous raconte le malheureusement bien trop long voyage d’un jean traditionnel… Bien sur on vous donnera aussi des alternatives éco-responsables.

Notre dossier sur la mode éco responsable :

Le parcours d’un jean : le vêtement qui voyage plus que la plupart d’entre nous !

Voyons ensemble l’itinéraire le plus courant, le plus typique, malheureusement il s’agit d’un des itinéraires les plus longs. Tout commence en Inde, car ce pays est le 1er producteur mondial de coton avec 6.35 millions de tonnes de coton par an. Rappelons que le coton consomme beaucoup d’eau, car pour faire pousser la quantité de coton nécessaire à la fabrication d’un jean, il faut pas moins de 4000 litres d’eau.

Puis le coton est envoyé au Pakistan, pays voisin de l’Inde, pour être filé et tissé.

Ensuite le coton fait 4800 km pour aller en Chine, à Xintang, la capitale du jean avec ses 3000 usines, qui produisent la toile nécessaire à la fabrication de 800.000 jeans par jour. La toile va y être teinte en bleu indigo avec un pigment de synthèse. Pour fabriquer 1 kilo de ce pigment, il faut une centaine de kilos de pétrole, des solvants et à nouveau 1000 litres d’eau.

La toile part ensuite 9500 km plus loin en Tunisie, pour que le pantalon soit assemblé, à la toile sont ajoutés les fameux rivets du jeans (venant en général d’Australie), les fermetures éclair (importées du Japon) et les boutons (en provenance de la République démocratique du Congo).

Une fois assemblé et délavé, le pantalon continue son voyage au Bangladesh ou en Egypte pour être sablé, une opération très nocive. Il existe une technique un peu plus vertueuse qui utilise le laser mais c’est plus cher donc moins rentable…

Le jean est enfin fini et prêt à être envoyé dans les boutiques du monde entier.

Pour résumer, quand ce jean arrivera sur son étagère de magasin, il aura consommé 11.000 litres d’eau et parcouru 65.000 km, l’équivalent d’1.5 fois le tour de la terre !

Quand on pense que la toile de jean a été inventée dans le sud de la France (denim = de Nîmes !), c’est un bien grand voyage pour un habit du quotidien.

Allez jeter un œil au livre Les Indispensables qui raconte l’histoire du jean.

Des exemples de marques de jean éco-responsables

1083, la proximité française !

Il faut savoir qu’en France, 1083 km est le nombre de kilomètres maximum qui séparent les deux villes les plus éloignées Menton et Porspoder. Le défi de la marque est de relocaliser à moins de 1083 km du consommateur la fabrication de ses jeans, elle utilise d’ailleurs la technique du laser au lieu du sablage et toute la production est made in France, sauf les boutons qui viennent d’Italie en attendant une option française.

MUD Jeans, la location !

Déjà une paire de jeans typique chez MUD Jeans comporte 23% de jean recyclé, 75% de coton bio et 23% d’élasthanne. Notons aussi que la marque s’interdit le sablage et surtout la marque propose une option inédite de leasing du jean ! Allez découvrir cette idée de location plus précisément sur notre article dédié.

 

Photo Vincent Bordignon lors des shootings pour le livre Les Indispensables

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s